Zakki poussinette de trois mois, blessée aux deux pattes.... couchée dans son nid

Sauver Zakki : Le nouveau défi

  •  
  •  
  •  
  •  

=> Tout ceci c’est juste pour prouver aux personnes qui croient encore qu’un éleveur* ça n’a pas grand chose à faire de ses journées, voire même que ça pourrait s’ennuyer ! 😉

Zakki le nouveau défi pour s’occuper l’esprit !

Historique

Zakki, née le 19 septembre, est l’un des derniers poussins éclos en 2016, sous la formidable poule brahma perdrix maillée argentée Geena. Issue d’un croisement original (mère pékin MF et père wyandotte perdrix maillé doré), la poulette grandit bien, sous le regard vigilant de sa maman couveuse et éleveuse !

Jeudi dernier, nous remarquons que Zakki présente un léger problème de locomotion, avec une gêne sur une patte. Elle ne montre aucune douleur à la première auscultation… on attend de voir le lendemain.

L'endroit préféré de Zakki pour la sieste : le dos large, chaud et douillet de maman Geena !

L’endroit préféré de Zakki pour la sieste : le dos large, chaud et douillet de maman Geena !

Vendredi, Zakki peine à se déplacer, les deux pattes semblent « touchées », toujours sans douleur à la palpation, aux étirements, aux pressions. Il lui faut à présent utiliser ses ailes pour s’équilibrer et rattraper les pertes d’équilibre. De plus les doigts ont tendance à rester recroquevillés, ce qui ne contribue aucunement à l’aider pour marcher, bien au contraire. Toutes les articulations sont mobiles, sans chaleur ni gonflements…. ÉTRANGE…

Samedi matin, Zakki est couchée près de sa mère, elle ne peut se lever, les pattes sans tonicité s’écartent n’importe comment, dans n’importe quelle direction. Toujours aucune douleur (ou alors l’animal ne le montre pas, ce qui m’étonnerait vraiment). Tous les étirements et manipulations douces que j’avais appris avec Maud, l’ostéopathe, ne donnent rien du tout. La poulette se laisse faire, semble apprécier, mais aucune amélioration visible depuis jeudi.

De plus la poulette s’affaiblit de jour en jour, ne pouvant s’alimenter normalement, et dépensant beaucoup d’énergie à essayer de se lever. Si l’on ne fait rien, ses jours sont comptés.

Mais que faire ? Nous ne savons même pas de quoi elle souffre….

Tentative de sauvetage

Lorsque ce type de pathologie (luxation des hanches) se présente sur un poussin fraîchement éclos, nous fixons sur les pattes un petit appareillage semi souple, fait maison, qui permet de maintenir les membres et articulations dans l’axe du corps. En quelques heures, 95% des poussins se sont accommodés du système, et sont debout en recherche de l’équilibre adéquat pour se déplacer normalement.

Je pense alors qu’il faut essayer cela sur Zakki…. même si j’y crois peu. Il faut toujours tenter pour savoir, voir et apprendre d’éventuels erreurs et essais.

Je me mets en quête d’élastiques plus grands, adaptés à la taille du poussin. À 3 mois, elle risque de paniquer de sentir ses pattes retenues, ce qui ne se produit jamais sur un poussin nouveau né. Il me faut donc de la souplesse, mais pas trop, pour maintenir ses membres sous elle. Je bricole, ce n’est pas très esthétique, et elle risque aussi de se prendre les doigts dedans…. je vais surveiller.

La mise en place avec l’aide de Benoit*, présent ce jour là, se passe bien ; Zakki affaiblie, ne bouge pas. Elle ne cherche même plus à essayer de se lever. Je l’installe au chaud dans son nid largement paillé, les pattes bien positionnées sous elle, sa mère tout contre, son aile par dessus la poulette pour la maintenir dans un confort maximum.

L’éventuelle correction sur les pattes, ne suffira pas, il faut aussi « remplumer » la poulette épuisée.

Soins appropriés et surveillance étroite

Une chance formidable pour Zakki, que sa maman Geena soit si patiente et attentionnée, et qu’elle accepte volontiers de rester couchée auprès d’elle une grande partie de la journée. À cet âge un poussin est normalement sevré depuis longtemps et la mère est passé à autre chose….

La poulette a de l’appétit, et ne rechigne pas à manger, si elle peut avoir accès à la nourriture. C’est déjà un bon point, car en général, un poulet malade ne mange pas, un poulet qui souffre, non plus.

Je lui concocte des petites pâtées énergisantes et variées, afin de lui apporter un maximum de nutriments pour l’aider à se reconstruire, et fortifier tout ce qui pourrait en avoir besoin.

Comme elle n’a plus de forces et que l’appareillage la gêne, elle est souvent couchée sur le côté, les pattes en vrac. Il faut veiller en permanence à ce que sa mère ne l’écrase pas involontairement, et ne la coince pas non plus en revenant dans le nid. Régulièrement je la repositionne avec les pattes en dessous d’elle, doigts bien dépliés, sous l’aile de Geena.

Dimanche, Zakki se maintient seule dans cette position devant son assiette, le temps de manger. C’est une légère amélioration. Je constate que l’adaptation à l’appareillage est vraiment long. Cela fait déjà 36h, mais comme elle ne se bataille pas contre, je persiste, et surveille, encore et toujours.

Enfin un semblant d’amélioration !!

Lundi midi, je constate que Zakki est retournée seule dans le nid, et qu’elle est moins sur le côté que les jours précédents. En apportant à manger, je la trouve plus équilibrée sur ses petites pattes fragiles. Elle a encore besoin des ailes pour s’aider, mais elle cherche la solution et les pattes la portent de nouveau…

Dois-je me réjouir de ce premier résultat, ou vais-je encore essuyer une sévère déconvenue ???

Peu importe, le résultat final, il faut continuer de chercher pour soulager Zakki et qui sait, la remettre réellement sur pieds 🙂

Lundi soir, j’ai la joie de voir la poulette faire quelques pas pour aller à l’assiette, et ce, sans se servir des ailes. Elle trouve un équilibre grâce aux élastiques, encore précaire, certes, mais c’est une telle joie de la voir « marcher » de nouveau, que je ne peux m’empêcher de me régaler de cet instant « magique » et le partager aussi 🙂

Nouvelles perspectives

Ce matin (nous sommes mardi), cela fait trois jours entiers que la poulette porte le système d’élastiques (sorte d’appareillage orthopédique pour poule !!), qui lui maintient les pattes dans l’axe de son corps, et surtout sous elle !

Je constate que Zakki prend de l’aisance dans les déplacements, bien que la marge de manœuvre soit faible et la gêne. Je vous partage encore quelques images du jour pour montrer les progrès, et je vais m’occuper de bricoler un système un tout petit peu plus grand pour voir si je peut lui rendre un peu plus de mobilité, et donc de confort dans la marche… sans que cela n’autorise les pattes à partir sur les côtés pour autant.

Lorsque je vois la poulette reprendre « vie », et bien je me dis que j’ai été UTILE  à quelque chose, et que la persévérance aura peut-être payé…. Ne crions cependant pas victoire trop tôt…. j’avais cru avoir sauvé Mascot’ aussi, il n’y a pas si longtemps….

Je reste donc réservée quant à tout pronostic. Mais je continue de chercher des solutions et de partager les évolutions, qu’elles puissent profiter à tous 🙂

—–

* éleveur : j’entends par ce terme, quelqu’un qui respecte et aime ses animaux, avant de considérer uniquement le profit économique et financier que peuvent rapporter ces derniers….

* Benoît : C’est un jeune garçon qui vient régulièrement en stage à Brahmaland depuis la fin de l’été. Passionné, vous n’allez pas tarder à en entendre parler un peu plus 🙂

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
spacer

Laisser un commentaire