petites cocottes en tissus à l'effigie de Poule Académie, perchées sur le bord d'un poulailler neuf

Pourquoi Poule Académie ?

  •  
  •  
  •  

Il était une fois …

Je parle de ce projet de plateforme pédagogique, car il me tient à cœur depuis de nombreuses années…

Même si à l’origine rien n’était structuré comme cela commence à l’être aujourd’hui, mon envie la plus tenace était de partager tout ce que j’apprenais au contact des p’tits poulets.

Effectivement je n’ai croisé la route des gallinacés, que tardivement (en 2013), mais cette rencontre fut intense et au delà de mes espérances initiales.

Une année pour me former un minimum, pour comprendre un peu le mode de vie des ces attachantes boules de plumes, et la volonté de toujours découvrir plus !

2014 je me lance ! Je partage mes expériences et constatations dans ce blog. Forte d’un passé de comportementaliste équin, il est facile de transposer certaines choses. Observer, analyser, chercher à anticiper des réactions.

Créer des situations conduisant à des comportements type. Le poussin est un être hyper réactif, avec qui il est plaisant d’échanger. Je suis vraiment impressionnée par leur capacité d’apprentissage, nettement supérieure à celles d’animaux que je côtoyais jusque là (chevaux, chiens, chats, caprins, rongeurs divers, et perroquet).

Été 2014 : je décide de suivre de très près un groupe de 20 poussins brahmas, issus d’œufs ramenés de Bretagne. Chaque jour est un émerveillement. J’expérimente le principe du clicker avec joie. Le troupeau de duveteux est assidu. Je découvre que le poulet vibre, à la manière d’un chat qui ronronne…

Je filme, j’étudie, je me régale ! Ils s’appellent Lyo, Lutton, Lored, Lys’va, Lotus, pour ne citer qu’eux.

Je commence le montage de films pédagogiques. Les poussins me portent, me motivent, m’ouvrent une nouvelle voie dans laquelle je m’engouffre corps et âme.

À l’automne 2014 tout bascule, alors que nous préparons l’installation de Brahmaland, dans une petite ferme entourée de champs. Le drame. L’horreur. Je revois les images comme si c’était hier. Je n’oublierai jamais. Il n’y a pas de mot pour cela.

Les rescapés tombent malades et vont disparaître les uns après les autres. Anéantissement total. Sur les 80 p’tits poulets qui me comblaient de bonheur, il en reste une poignée. Des mois de soins pour tenter de sauver mes animaux, en vain. Un immense déchirement, une détresse profonde et intense, une colère indescriptible.

Je salue les 8 poulets encore à mes côtés aujourd’hui : Em’, Envol, Cotcot, Utah, Lotus, Hold-Up, Apple et Cartoon.

J’ai créé Brahmaland, le cœur lourd. Nous avions construit des parcs et poulaillers pour notre famille qui n’existait plus. J’ai renoncé à poursuivre la série de vidéos et films pédagogiques que j’avais commencée. Trop de souvenirs, trop d’investissement affectif, trop de douleurs et de souffrances.

Le temps a passé. Brahmaland a grandi, autrement. J’ai cette faculté féline de toujours rebondir. Mais au fond de moi, ce qui me plait le plus, c’est d’approfondir les relations avec mes cocottes ; c’est de passer du temps avec elles, à échanger, comprendre, observer, apprendre. Encore et toujours. Je ne m’en lasse pas.

Mascot’ est arrivée dans ma vie, comme venue d’une autre planète. Elle semblait être là uniquement pour veiller sur moi, me guider. Me ramener sur la voie initiale qui m’avait conduit à découvrir les gallinacés. Sa faculté d’apprentissage et d’adaptation m’interpelle à nouveau. L’envie de partager aux autres m’anime à nouveau !

Anka et P’Ang viendront appuyer cette motivation et m’aider, grâce à leur créativité respective, à concevoir du contenu pédagogique, des récits, des vidéos. Sans oublier le phénomène le plus improbable que j’ai eu la chance de connaître en 2018 : Kamail’. Un poussin hors norme. Une réplique de Mascot’ en 10 ou 20 fois plus réactif.

Leur amour et leur complicité sans faille à mon égard, me portent pour mener à bien ce projet de Poule Académie. Partager leur histoire, notre histoire, tous ces apprentissages qu’ils m’ont concédés, au fil des jours, des mois, des années.

Alors pour que la parole des p’tits poulets soit entendue, je me bats jour après jour pour créer cette « école » en ligne. Une plateforme que je souhaite agréable, ludique, pédagogique et riche d’informations. Un espace ou chaque membre trouvera sa place au sein d’une belle et grande communauté : celle des passionnés de p’tits poulets. 🙂

La vocation première de Poule Académie est de transmettre du savoir ; une expertise acquise au fil du temps au contact et à l’écoute des animaux. Partager mes expériences, pour aider le plus grand nombre à mieux connaître nos amis poulets, à mieux les considérer, à mieux comprendre leurs réels besoins, et à découvrir quels êtres formidables ils sont en définitive.

Un p’tit poulet bien dans ses plumes et dans sa tête, sera un compagnon agréable à vivre, intéressé et intéressant.

À l’époque du « tout prêt », du « jetable », du « tout industriel », du « tout informatisé », du « tout modifié génétiquement », je suis heureuse de vivre à la campagne, en pleine nature, au milieu des animaux qui m’offrent tant, sans aucune retenue.

Ma volonté de revenir à des souches d’élevage plus proches de leurs origines n’a pas changé. La mission que je me suis donnée est d’obtenir à nouveau des poules plus résistantes avec une espérance de vie supérieure à 2-3 ans.

La tendance actuelle, est de créer multitude de coloris et variétés, au détriment malheureusement, d’autres qualités essentielles à la survie d’une espèce. Effectivement le constat (amer) est le suivant : les poules ne couvent plus, ou de plus en plus mal, elles ne savent souvent pas élever leurs poussins, quand elles ne les tuent pas elles-même.. Bref nous sommes face à des comportements, qui sans l’intervention de l’humain, conduirait certaines lignées à l’extinction.

Et selon moi, la qualité la plus importante, qu’il ne fallait pas négliger est la résistance naturelle de l’organisme à combattre les aléas de l’environnement. Une poule qui vit uniquement car elle a reçu d’innombrables vaccinations à la naissance, et une alimentation bourrée d’antibiotiques (sans parler des hormones de pontes ou croissance…), ça ne fait pas rêver. Savoir qu’elle partagera notre quotidien que très peu de temps est finalement angoissant.

C’est la raison pour laquelle je cherche d’autres solutions, d’autres alternatives, et que mon chemin a un jour croisé celui de Loïc Plisson, devenu collaborateur à part entière, des soins au naturel pour les p’tits poulets de Brahmaland. Nos études et essais commencent à présent à aboutir sur des protocoles fiables qui donnent d’excellents résultats. Nous partagerons tout cela dans Poule Académie.

Mon souhait le plus cher, est de recréer dans les années à venir, des souches solides, résistantes aux maladies, qui n’auront plus besoin qu’anecdotiquement de l’intervention humaine. Un long travail est en court depuis déjà 2 ans, qui commence à porter timidement ses fruits.

Cela implique une remise en question de nombreux critères d’élevage, et d’idées reçues. Mais cela en vaut la peine, malgré les critiques que l’on peut me porter. Je sais que j’ai raison, et qu’il faut persévérer. Les erreurs des premières années (car mal conseillée) me servent à faire mieux aujourd’hui, en faisant autrement. Pour le bien de tous, à commencer par mes poules.

J’aborderai tous ces points, au fur à mesure dans Poule Académie, pour que tous les poulets puissent profiter d’une vie meilleure.

De la même manière, j’essaie de conduire les incubations artificielles de manière raisonnée. J’ai supprimé beaucoup d’électronique et automatismes sur certaines machines, pour revenir à l’essentiel. Être plus à l’écoute de la nature et de l’environnement, m’a permis d’obtenir de meilleurs résultats : une meilleure fertilité, des œufs de meilleure qualité, un taux d’éclosion plus important, et des poussins plus forts dès le début. Produire moins, mais mieux. 🙂

C’est emplie d’un mélange de joie et de fierté que je partagerai également la méthodologie mise en place à Brahmaland, et qui a fait ses preuves ces dernières années. Parce qu’il n’y a rien de pire (surtout lorsqu’on a des enfants) que de conduire une incubation qui n’aboutit sur aucune éclosion, ou aucun poussin viable…

Je lis trop souvent des messages de détresse que l’on m’envoie à ce sujet. Le marché est inondé de couveuses artificielles, mais que personne ne sait utiliser correctement… Des solutions simples existent, que je publierai régulièrement sur Poule Académie.

Voilà un peu, pourquoi, et comment, est née cette plateforme que je t’inviterai à découvrir dans quelques jours. 🙂

Gaëlle,

  • secondée par ses fidèles assistants : P’Ang, Anka et tous les autres !!
  • épaulée également par quelques humains qui me soutiennent et m’aident dans ce projet, chacun selon ses compétences : Jeff, Tom, Nicole, Marc, Barbara, Elisabeth, Morgan, Thomas, et bien sûr Loïc. 🙂
  • à la mémoire de Mascot’, Kamail’, Lyo, BM, et tous ceux, sans qui ce projet serait resté dans l’ombre.


  •  
  •  
  •  
  • 21
  •  
  •   
spacer

3 comments on “Pourquoi Poule Académie ?

  1. Laye Oumar Kourouma

    Bonjour d’après avoir Liré Poulet académie, tes histoires m’intéresse beaucoup. Par ce que mon projet du jour c’est l’élevage des poules pondeuses et chaires.Donc j’ai beaucoup besoins de vôtre aide dans le sens de formation.

  2. Dubois

    ha !!! pascale enfin qlq’un de normal oufff !!! cela fait du bien de vous lire ho que oui !!!

    je joue avec mon coq ki est malheureusement tout seul et me réclame et mange + lorsque suis à ses cotés que lorsque ne suis pas là.
    et si vous saviez comment ils rouspètes kan dialogue avec les oiseaux et k’il en est jaloux !!

    alors il pousse sont cris perçant à mes oreilles le faisant exprès.
    et bien souvent en venant tout à mes cotés et rentrant dans sa demeure pour être plus proche et me voyant mieux k’en bas où il ne voit pas bien du tout !!!
    oui les animaux doivent être respecter comme nous aimons l’être et jouer avec eux ils aiment bcp !

    bonne et belle evolution avec l’univers entier ! tendresse

  3. pascale (poussin sur facebook)

    Bonjour Gaëlle,
    C’est avec beaucoup d’attention que je lis tous tes articles depuis d’ailleurs que tu as commencé je n’en fini pas d’être heureuse ou triste de rire ou avoir les larmes qui montent suivant les articles, j’apprends certaines choses dont je ne pensais pas qu’un poulet soit capable de faire autant de choses, sur les conseils de P’Ang dans un des articles qui conseillait de se mettre au milieu des poulets et attendre qu’ils ou qu’elles viennent me voir c’est génial elles tournent autour de moi, picore mes lacets, tire sur le pantalon comme pour m’inciter à joué, quand de loin j’arrive maintenant je leur dit bonjour, bonjour elles accourent et s’agglutinent devant la porte pour m’accueillir et j’espère que cela n’est que le début d’une grande histoire d’amour avec mes amies à plumes.
    Continuer Gaëlle et P’Ang vos conseils me sont utile et mes poulettes apprécient.
    Merci.
    Pascale

Répondre à pascale (poussin sur facebook) Annuler la réponse.