L'un des derniers nés et juché sur mon épaule : Coffee, petit pékin Millefleur de 8 jours

Comment se vider l’esprit avec les chicks time

  •  
  •  
  •  
  •  

En réponse au thème de La Croisée des Blogs proposé ce mois ci par Katibel du blog Bel et Bien, j’ai choisi de partager avec vous le secret de mes  instants « pause » de la journée et ce qu’ils contribuent à m’apporter.

« Chicks Time »

L’année dernière, j’avais instauré un instant « pause » dans mes journées, pour me ressourcer, que j’appelais mon « chicks time ». Comme certains font de la méditation, du yoga, une pause café ou thé, du sport ou regarde des vidéos pour se détendre, moi je faisais une pause ‘petits poulets’.

J’allais m’asseoir (le plus souvent dans le parc des poussins brahmas) adossée au mur, au milieu de ces petits plumeux plus attachants que l’on ne peut l’imaginer de prime abord.

Je restais immobile à les observer vivre. Très rapidement certains d’entres eux (souvent les mêmes) venaient se percher sur mes genoux, mes mains, mes épaules, recherchant de la chaleur, du confort ou du réconfort, le contact de ma main, des caresses, un échange, etc.

Du bien être réciproque à l’état le plus pur, sans aucune contrainte ni arrière pensée.

On ne force pas l’amitié ni le partage d’un animal…

Puis est survenu le sinistre avec le massacre de la presque totalité de nos poulets par des chiens de chasse. Plusieurs mois on été nécessaires à notre reconstruction partielle : tant sur le plan émotionnel que physique et matériel (sans soulever ici le préjudice économique subit).

Éclosions artificielles de poussins.

Éclosions artificielles de poussins.

J’ai (lâchement) délégué aux poules couveuses, les premiers poussins de 2015, ne me sentant pas encore capable d’assumer tout le bonheur véhiculé par une armée de petits pious dans la maison…

Puis ils sont arrivés, alors qu’ils semblaient initialement condamnés suite à une panne de courant nocturne ayant sérieusement mis en péril tous les œufs des couveuses en marche à ce moment là… Des éclosions artificielles pour 13 des 14 poussins, avec si peu d’espoir d’en voir un terminer sa croissance ainsi : à demi éclos, pour pouvoir respirer… Nos couveuses ressemblaient à des mini salles de réveil opératoire, avec les poussins tout faibles installés sur un coton.

La vie reprend parfois ces droits au moment où l’on s’y attend le moins !!

Aujourd’hui les 14 petits plumeux rescapés piaillent et vivent dans la cuisine, en attendant que nous leur aménagions un espace plus spacieux dans les dépendances, avec prochainement un accès direct sur un parc extérieur totalement sécurisé.

Un groupe de poussins dans la maison, c’est 1000 fois mieux que n’importe quelle émission de télévision : la vie en direct ! Partagée sans intermédiaires ni interprétations aucunes !

La renaissance

Émotionnellement, j’ai souffert les premiers temps de voir à nouveau des boules de duvet si proches, si tendres, si complices. Difficile d’effacer et encore moins d’oublier le traumatisme vécu en direct.

Aujourd’hui je peux à nouveau pratiquer mes « chicks time » (instants poussins), et je m’aperçois que ces petits êtres m’apportent bien plus que je ne l’aurai imaginé.

Le naturel reprend aussi ses droits, si on sait l’écouter et suivre son instinct.

Simplement m’asseoir près de leur cage d’élevage, l’ouvrir et glisser mes mains à l’intérieur. Observer les poussins venant chercher le contact, la chaleur, des caresses : c’est variable selon l’âge et le sujet concerné.

poussin sur l'épaule

sept 2014, avec mon copain Lyo, disparu tragiquement un mois après lors du massacre

Trois poussins se distinguent du groupe par un comportement atypique. Ils sont naturellement familiers et recherchent constamment notre présence et contact physique. Une fois nichés au creux du bras ou de l’épaule l’animal ne bouge plus, vibre de contentement en émettant un faible son de satisfaction, communiquant à la fois sa joie de vivre naturelle et son énergie.

Ces instants magiques, gratuits et intenses me permettent de faire une vraie pause dans l’instant présent, sans pensées vers le passé ou vers le futur. Juste me concentrer sur l’amitié offerte par ces petites boules bourrées de tendresse et d’affection, qui donnent sans compter.

Moments de partage complices où je puise énergie et vitalité pour poursuivre ma journée en pleine forme et le sourire aux lèvres !

Le poussin : vecteur de bonheur !

L’animal offre ces échanges de bon cœur, sans contrainte ni arrières pensées. Il vit dans l’instant présent, et nous invite vivement à faire de même en acceptant de nouer cette relation avec lui, simplement.

Les poussins nous offrent quotidiennement des moments de sourire, de rigolade, de bonheur, de bien être. Ils sont mes petites doses d’anti-stress journalier ! Et ce serait idiot de s’en priver !!

🙂

Cet article est ma contribution au thème suivant : Les conseils détox pour être en meilleure forme, par ce partage authentique et si simple.

Et vous ?

Quelles sont vos expériences personnelles dans ce domaines ?

Partagez-les ci-dessous dans les commentaires !

😉


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 9
  •  
  •  
  •   
spacer

One comment on “Comment se vider l’esprit avec les chicks time

  1. Katibel

    Bonjour Gaëlle,
    Effectivement, regarder vivre les animaux, poulets compris, est un moment de pause et de ressourcement, ç’est une très bonne cure détox.
    Merci pour ta participation à la croisée des blogs.
    Belle et douce journée.
    Danièle

Laisser un commentaire