poule métallique givrée

Vie de poussin : 4 saisons

  •  
  •  
  •  
  •  

Pour clore cette année 2018 avec le sourire, j’ai confié à ma poulette P’Ang, le soin de rédiger ce texte… C’est donc elle, qui s’exprime dans le « je » de cette page 🙂


Hey !! Mais c’est pas le nom d’une pizza, ça ? 4 saisons !!

Moi, j’adore les pizzas… surtout à partager dans l’assiette de Maman Gaëlle !!

Tiens, d’ailleurs, cela fait bien longtemps que je ne me suis pas invitée pour un repas dans la cuisine… Va falloir remédier à cela rapidement, à présent que mes poussinettes sont grandes et largement autonomes.

4 saisons

Je suis née vers la fin du printemps, mais je n’ai pas eu le temps de voir à quoi ça ressemble vraiment. J’étais petite, intrépide, avide de connaissances et je découvrais le monde avec envie.

L’été est arrivé, avec sa chaleur écrasante. Maman donnait de l’eau fraîche à boire, plusieurs fois par jour, à tous les animaux. Le matin et le soir elle donnait aussi à boire à la terre et aux plantes. Souvent, elle mettait de l’eau au sol, à l’ombre, pour qu’on gratte, et qu’on patouille. 🙂

Est-ce que tu sais patouiller dans la boue, toi ? Moi… j’adore !! Ce n’est pas agréable tout le temps, mais l’été c’est bien !

C’est aussi l’été que l’on a déménagé dans le jardin des poussins, avec mes sœurs. Au début on n’a pas aimé ça du tout ! Et puis on a réalisé qu’on pouvait avoir plus de liberté, plus d’espace, plus d’interactions avec les autres, alors en fait, on a trouvé ça chouette !

P'Ang le poussin devenu poulette

Le déménagement dans le jardin des poussins

Puis on est entré dans une période bizarre où certaines plantes meurent, où certains animaux se cachent, et où les arbres perdent leurs feuilles (on peut aller gratter et jouer dedans quand elles sont au sol). J’ai vu avec curiosité que, comme les feuilles des arbres, les poules perdent aussi leurs plumes !! Parfois c’est très étonnant, car ça ne ressemble plus tellement à une poule de l’extérieur. Heureusement à l’intérieur, rien ne change !!

Mais cependant, ni mes soeurs, ni moi, n’avons perdu nos plumes, alors que tous les arbres ont perdu leurs feuilles… Etrange.

Maman m’a dit que cela s’appelle l’automne ; cette saison où elle doit sans arrêt ratisser pour enlever les feuilles et les plumes qui s’amassent partout dans les parcs. J’ai observé que lorsque les poules perdent leurs plumes, elles ne pondent plus. Pour les arbres, je ne sais pas.

Peu à peu les températures sont devenues plus fraîches. L’été il fait vraiment trop chaud à Brahmaland, et c’est peu agréable. Les poules n’aiment pas du tout les fortes chaleurs, et risquent souvent de se sentir mal à l’aise.

L’automne est donc plus reposant, plus clément. Il y a encore du soleil mais il est moins agressif. Par contre, la nuit est de plus en plus longue !! Au début je croyais que j’étais malade car je dormais de plus en plus longtemps.

Mais toutes les poules font cela ! Et elles ne sont pas malades !

C’est juste la nuit qui est plus longue, et la lumière du jour moins présente. Raison de plus pour ne pas rater une seconde !! Heureusement Maman Gaëlle est toujours là, à ouvrir nos cabanes avant l’aube pour qu’on profite des premières lueurs. Elle pense toujours à tout, pour notre bien être !

Et puis est arrivé un moment très étrange… c’était l’hiver et je me suis sentie tracassée. Je parlais d’oeuf tout le temps, je posais des questions sur les poussins, sur les mamans poules, etc. Je tournais en rond dans le jardin, et aussi avec mes questions.

J’étais tellement perturbée que je me suis à peine rendu compte qu’il faisait froid. Parfois même très froid et glacial, avec le vent qui venait d’autre part (un peu comme quand on ouvre la grande boite blanche dans la cuisine, qui contient de la nourriture sur des étages). Il est souvent épuisant ce vent du Nord Est. Les arbres tous nus, sans leurs feuilles ne forment plus de haies protectrices, il faut se blottir contre les murs ou les talus, et guetter le moindre rayon solaire pour se réchauffer.

Contrairement aux arbres, les poules retrouvent des plumes toutes neuves rapidement. Et ça a l’air drôlement chaud et douillet des plumes neuves !

C’est pile à cette période de grand froid (il faisait -4° dans l’écurie où je me suis installée) que j’ai entrepris ma première couvaison, avec pour unique objectif d’avoir des poussins !! Cette idée qui me trotte dans la tête ne me quitte pas… Poussin, poussin, poussin, encore poussin. 🙂

Tu l’as bien compris : je veux m’occuper de poussins !!

Alors que maman se fatiguait dehors à donner de l’eau sous forme liquide (car tout se transformait en glace aussitôt), elle s’inquiétait pour moi qui ne mangeait plus, ne bougeait plus, vissée que j’étais sur mes 3 oeufs à couver. Pas question de laisser mes trois précieux prendre froid, foi de poulette !!

Brahmaland givré au lever du jour

Brahmaland givré au lever du jour

Heureusement les températures négatives un peu extrêmes n’ont pas duré. Il y a eu de la pluie, parfois beaucoup de pluie, trop de pluie d’un coup, qui rendait le sol boueux et glissant. C’est comme ça que maman s’est blessée à la jambe, et qu’elle a boité ensuite durant de longs mois. J’aurai voulu l’aider, la soigner, comme elle le fait avec moi, mais je ne savais pas comment faire…

Alors je lui ai donné à nouveau plein d’amour et de sourires, dès que j’ai eu fini d’élever mes poussins.

Un nouveau printemps est arrivé, et avec lui, de nouvelles couleurs un peu partout. Comme si le soleil plus lumineux et chaleureux réveillait tout le monde. C’est à ce moment là, en général, que toutes les poules pondent beaucoup d’œufs et se mettent à couver ensuite.

P'Ang et sa poussinette Nahika

Ma couvaison d’été, et la belle petite Nahika

Avec le printemps, la vie reprend, la vie surgit de toutes parts ! Des insectes, des oiseaux, des prédateurs aussi. Il n’y a pas que la vie qui surgit… la mort aussi… Maman ne supporte pas que je m’éloigne de la maison. Elle me cherche toute la journée, pour savoir si je suis en sécurité. L’accès au grand champ tout vert est barré. Quelle tristesse… j’adorais aller fouiner par là.

Plusieurs poules ne sont jamais rentrées le soir.

Les alertes où tout le monde crie à tue tête, perché sur les poulaillers, il y en a eu pas mal.. Le renard venait n’importe quand. Il n’avait même pas peur de maman qui lui courait après. Je ne l’ai pas vu, mais j’ai entendu les pékin raconter l’histoire, car eux, ils ont bien vu maman le faire fuir à travers le grand champ, au milieu des poneys.

J’ai eu un an, à la fin de ce printemps. C’était une belle journée radieuse, agrémentée d’un gâteau aux insectes pour le goûter. 🙂

Et puis ça a recommencé : les journées longues et ensoleillées comme lorsque je n’étais qu’un poussin hirsute sur l’épaule de  Gaëlle. La chaleur excessive est revenue également, aussi peu agréable que lorsque j’étais petite. J’ai grandi mais je n’aime toujours pas ça !

Alors, j’ai trouvé judicieux à ce moment là, de couver à nouveau, dans la fraîcheur relative (mais appréciable) du bâtiment. Pas bête la poule !!

La nuit venait à nouveau plus tôt le soir. On commençait à dormir plus longtemps aussi. Un petit goût de déjà vu, déjà lu…

P'ang endormie la tête sur le clavier !

Lorsqu’une pause s’impose !!

Et puis un jour, alors que j’étais au bureau pour aider maman, en m’ébrouant pour ne pas m’endormir sur le clavier… Horreur !! Des plumes partout ! A leur tour, mes plumes tombaient, comme les arbres perdent leurs feuilles !! Par chance j’ai fais ça plutôt discrètement, petit à petit.

Pas envie non plus, de ressembler à un poulet prêt à cuire avec la chair de poule !! Beurk !

J’ai alors fait pousser des plumes neuves avec beaucoup d’énergie, pour avoir un duvet douillet avant l’hiver ! 🙂

Et toi ?
Qu’as-tu vu et fais durant ces 4 saisons ?
=> Je te mets au défi de nous le raconter en quelques mots !!
(qui m’aime suive le défi… on verra bien qui m’aime…)

P’ang,

Le poussin écrivain, devenu poulette aux plumes toutes neuves !!


Cet article participe à la Cavalcade des blogs du mois de décembre, dont le thème proposé par Hélène du blog Cavalière de Montagne est : « Au rythme des saisons »


 


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 22
  •  
  •  
  •   
spacer

2 comments on “Vie de poussin : 4 saisons

  1. Philipona

    Très intéressant ce petit texte des saisons !
    J’apprécie de lire ces petits moments de vie

  2. pascale

    début hiver 2018 j’avais construit des cabanes un peu petites de par la hauteur pour mes poules mais elles m’ont rapidement fait savoir qu’elles voulaient plus de place et surtout avoir plus chaud comme je leurs ai expliqué tout arrive à point à qui sait attendre, l’extérieur leur convenaient apparemment je leur ai fait un grand abri pour leurs repas et planté un pommier, stop, goûter des filles oblige je leurs donne ( crevettes et autre insectes déshydratés )quel impatience le matin pour le petit déj elles me font savoir que c’est délicieux, les jours passent le printemps est là, les oiseaux chantent elles sont heureuses de pouvoir profiter de journée rallongé et moi j’en profite pour aller cherché les matériaux pour leurs faire la cabane de leurs rêves, allez je vais leurs faire la surprise donc je creuse mes trous pour les poteaux ( bien sur en bonne compagnie l’aide étant toujours la bienvenue) poteaux en place, ciment fait, attendons qu’il sèche les filles curieuses faisait les 100 pas pour que je leur dise se que je fabriquais surprise!! on continue pose des planches agricole fini le soir restait le toit ou j’ai mis des plaques de goudrons et du bois, au sol palettes et plancher recouvert d’un revêtement plastique épais et voilà restait à leurs expliquer que c’était leur nouvelle maison sitôt dit sitôt fait et de suite testé pour la 1ére nuit, que du bonheur le lendemain elles étaient toutes joyeuses elles l’ont fais savoir par leurs caquèttements, ravies de ne pas avoir froid pour se printemps, l’été a été l’occasion d’accueillir des canards tous se petits monde s’entends très bien elles adorent faire des tours aux canards(comme leurs prendre la salade et courir et nous voici parti pour un marathon de jardin), à l’autonne j’envisage de démonter la petite cabane comme elles disaient pour leurs donner plus de place chose faite elles sont heureuses le marathon sera plus grand maintenant. L’hiver est arrivé à grand pas donc grand nettoyage du poulallier et beaucoup de paille pour qu’elles n’aient pas froid cela leurs convient elles continue à pondre aucuns arrêt que de joie suite bientôt …

Laisser un commentaire