La poule : chef d’orchestre en sérénité

  •  
  •  
  •  
  •  

J’ai demandé à P’Ang, notre poulette écrivain, de me seconder pour la rédaction de cet article. Effectivement, avec l’ouverture prochaine, des portes de la toute nouvelle plateforme pédagogique dédiée aux poulets, je suis un peu beaucoup débordée ! C’est donc elle qui prend le clavier aujourd’hui, et s’exprime dans le « je » de ce texte.


Hello mes amis lecteurs !!

Je sais, je sais…. cela fait bien longtemps que je n’ai pas pointé le bout de mon bec sur le blog !! Je t’ai manqué ? Tu m’en vois ravie ! 🙂

Maman Gaëlle m’a confié une sacrée mission, un peu au dernier moment, et je vais tâcher d’être à la hauteur… Si je sais encore pianoter sur le clavier du bout des pattes ! Je vais vous raconter comment je lui ai appris à voir la vie du bon côté en toutes circonstances, grâce à toutes nos actions. Un vrai travail d’équipe !!

Tu ne le sais peut être pas encore, mais le poulet est un compagnon joyeux et agréable à vivre, doté d’une énergie et de ressources parfois inépuisables lorsqu’il s’agit d’être persévérant à faire ce que les humains appellent des bêtises !! Sa joie de vivre est communicative, alors imagine un peu ce que cela donne lorsqu’on s’y met à plusieurs pour faire des farces !!

Quoi ?? Tu trouves mon intro un peu longue ?!! Tu me connais bien mal alors !! Celle-ci est TRÈS courte !! Aller, reste zen, c’est justement le sujet de cet article ! 😉

Ne pas louper l’instant !

Selon la vision que l’on a, de ce qui nous entoure, la vie peut être harmonieuse et heureuse, faite de nombreux moments amusants et distrayants, mis bout à bout. Ou tout l’inverse, si l’on se persuade que le sort s’acharne sur nous uniquement. Les p’tites poules (comme tous les autres animaux) ne connaissent pas ce problème typiquement humain, et se concentrent uniquement sur l’instant présent qui doit être vécu pleinement.

Comme je dis toujours à maman Gaëlle : « profitons de ce moment maintenant, car on ne sait jamais de quoi demain sera fait ». Pour ma part, je tire chaque matin au réveil, sur son pantalon ou ses lacets, selon ce qui me passe sous le bec !! 🙂

Il n’y a vraiment que les humains pour se compliquer l’existence à essayer de vivre au futur ou au passé… Quelle drôle d’idée !! La journée est déjà suffisamment bien remplie par le présent, foi de cocotte !! Si tu en doutes, viens un peu par ici, t’occuper à temps plein de mes 4 intrépides poussinettes !! Quand tu auras passé une journée à les surveiller, et à leur enseigner les rudiments du poulailler, ainsi que les bases d’une éducation digne de poulettes sociabilisées, tu me diras si tu as eu le temps de vivre autrement que dans l’instant présent !!

Alors imagine un peu, le défi que c’est pour moi aujourd’hui de rédiger ces lignes sur l’ordinateur portable, tout en gardant un œil sur mes petits monstres !! En plus, les poussins grandissent tellement vite, que tu as vite fait de louper ça. Et impossible de revenir en arrière (ça c’est seulement dans les films… pas dans la vraie vie !), pour espérer rattraper le temps perdu.

Et pour preuve très explicite : ce matin maman a autopsié le coq Country, retrouvé mort hier soir. Tu ne devineras jamais ce qui a tué ce si joli et gentil brahma bleu ? Je te le donne en mille : un grain de blé ! Un satané grain de blé parti en fausse route dans la trachée, a étouffé Country. C’est un accident. C’est idiot, mais ça arrive ; et si on n’a pas profité de la vie avant, et bien « paf » c’est trop tard. Foi de poulette huppée, c’est loupé !

En pratique il y a des façons simples d’apprendre à vivre au présent, surtout, si tu n’es pas une poule ! Prends-en de la graine, comme on dit au poulailler, car je suis experte en bien-être et coach en sérénité ! (au passage, appelle moi Docteur P’Ang et respire ; aujourd’hui, la consultation est offerte) 😀

Par exemple, l’une des passions de Gaëlle, c’est la photo. Et bien, ça, c’est une chouette activité qui oblige l’humain à se centrer sur l’instant. Tu as déjà essayé d’immortaliser une image d’hier ou de demain ?? Non ! Tu vois, j’ai encore raison (je m’évertue à te le dire, alors fais-moi confiance !), et je trouve que globalement, on n’écoute pas assez les p’tites poules !!

J’ai bien remarqué que depuis que maman fait des photos tous les jours (ou presque) elle est beaucoup plus épanouie !! Y’a pas de mystère, il faut m’écouter !! 😉

Tu peux aussi pratiquer ce que l’on nomme chez nous le Chick’s Time, et même si tu n’as pas de poussins sous la main. Assieds-toi dans le parc ou le poulailler et attends simplement que les cocottes curieuses s’intéressent à toi et recherchent l’interaction. Avec des animaux familiarisés à ces moments d’échange, je te garantis que tu oublieras le temps et vivras pleinement.

Merci à la vie

Chaque nouvelle journée est un cadeau de la vie. Profitons-en pour vivre et sourire ! Que dis-tu ?? Qu’une poule ne sait pas sourire ??!! Très juste, on aura beau ouvrir le bec dans tous les sens, cela ne donnera jamais ce qui fait un sourire chez les humains. Ceci étant, vu le nombre de sourires niais que j’ai déjà pu observer, je t’avoue que je suis soulagée que la Nature m’ait épargnée de réussir cette prouesse physique souvent peu gratifiante !!

Revenons donc à ce sourire que je suis incapable de produire, à la manière d’un humain. Chez nous, les gallinacées, c’est plus subtil, c’est intériorisé, et ça émane du plus profond de notre être, accompagné d’un petit gloussement de satisfaction. En fait, une poule, c’est plus simple et ça fait bien moins de manières qu’un humain !!

Comme d’habitude, je m’égare un peu en suivant le fil de mes pensées, et je m’éloigne de ce que je veux t’expliquer en priorité…

Ce qui compte vraiment, en définitive, c’est de réussir à créer des situations qui donneront le sourire à nos humains. C’est que c’est une sacrée mission parfois !! Mais rien ne nous arrête !! Les p’tites poules sont toujours partantes lorsqu’il s’agit de faire briller les yeux de Gaëlle qui s’occupe toujours si bien de nous. Tu ne le sais peut être pas, mais les cocottes ont une incroyable capacité à faire sourire ! On se challenge mutuellement au poulailler, en se relayant pour créer des circonstances cocasses. Tiens, je te raconte une anecdote : pas plus tard qu’hier, maman réalisait des vidéos pédagogiques dans nos parcs, pour expliquer à des lecteurs comme toi, ce qu’il faut faire pour prendre soin de nous. 🙂

Elle était sérieuse et concentrée sur son travail, caméscope en main. C’est exactement le moment que choisit  le coq Faya pour sauter sur le toit de la cabane, dans le dos de maman… Sauf qu’il se rate totalement. Au lieu d’apparaître dans le champ de la caméra, ça a fait un gros « pouf » quand il est tombé au sol !! Foi de poulette, ça sentait la boulette, mais j’ignore toujours si Faya a fait exprès ou non, de manquer le toit… Toujours est-il que maman a souri et qu’elle a même raconté à quoi correspondait le bruit survenu dans la vidéo !!

Je constate d’ailleurs avec joie, qu’elle est devenue experte maintenant, dans l’art de voir le positif dans chaque événement !

Comme on se relaie et qu’on est assez nombreux à Brahmaland, c’est comme ça toute la journée ! En fait on s’amuse beaucoup à distraire nos humains !! Chaque matin, Gaëlle me remercie d’exister. Moi je dis : merci à la vie d’avoir permis à nos chemins de se croiser. Déjà un an et demi de partages, tu te rends compte ?

La « vibration thérapie »

Il y a 18 mois, je n’étais encore qu’un tout petit bout de poussin duveteux, et déjà je me faisais remarquer !! J’ai toujours aimé faire des surprises ! Il est vrai qu’avec moi, maman ne peut pas s’ennuyer. Si tu en doutes, prends quelques minutes pour lire mes histoires dans la chronique Vie de Poussin, sur le blog !

J’ai grandi dans la cuisine, près de Gaëlle. Une chance pour moi, qui suis si sociable, mais conserve toutefois, une part d’indépendance. Un temps pour chaque chose et chaque chose en son temps ! Mon planning est assez simple à cerner : manger, puis manger encore. S’il reste un petit quelque chose, je vais me forcer pour manger un peu plus, par politesse uniquement. Ensuite je vais boire, si possible ma boisson préférée : une eau gazeuse, avec ou sans sirop (à m’en faire péter le jabot !!). Et pour finir je cherche un endroit agréable, moelleux et confortable pour entamer une bonne sieste. Et quoi de plus chaleureux que l’épaule ou les bras de ma maman ?

Comme la plupart des poules, j’apprécie les moments câlins, au chaud, blottie dans le cou de mon humain, ou dans le pli de son coude, à défaut d’avoir connu les plumes d’une maman poule. Et là où notre rôle de super poulet intervient, c’est que l’on est capable d’émettre une vibration de satisfaction, un peu à la manière d’un chat qui ronronne. Mais ce secret, bien peu en ont connaissance !!

Gaëlle a découvert cela très vite, au contact des poussins qu’elle manipulait, et elle sait combien il est réconfortant, de lâcher prise en se laissant aller au son de cette vibration de bonheur.

Je peux t’assurer qu’un poulet qui vient s’installer sur tes genoux pour se faire câliner, c’est un moment de détente unique à vivre, et à ne rater sous aucun prétexte !! 🙂

P'ang endormie la tête sur le clavier !

Ce travail d’écriture m’a vraiment épuisé !!

Maintenant que je t’ai révélé les trois astuces que nous avons mis en place pour que Gaëlle soit plus sereine en permanence, je peux te révéler mon défaut secret. Oh, et puis non… éventuellement je t’en parlerai une prochaine fois !!

J’espère que ce texte t’aura fait sourire plusieurs fois. Si c’est le cas, j’aurai gagné mon pari, en véhiculant encore plus de bien-être et de sérénité autour moi !!

Plein de petits becs

P’Ang, poulette écrivain


Pour information, cet article participe à l’événement « 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien« , du blog Habitudes Zen, que je lis régulièrement. Adepte du sommeil bi-phasique, l’un des articles qui m’interpelle particulièrement sur ce blog, est l’interview de Boréale au sujet du sommeil polyphasique. 😉


  •  
  •  
  •  
  •  
  • 55
  •  
  •  
  •   
spacer

10 comments on “La poule : chef d’orchestre en sérénité

  1. Sonia

    Ma super poulette bravo comme tous tes écrits d’ailleurs

  2. Rose

    Oui ma P’Ang . Comme tu sais, je suis la maman de Diddaye. J’ai totalement adhéré à ton texte et il est vrai que vivre au côté d’une de tes congénères est une joie que j’ai pu connaître. Nous ferons probablement connaissance dans quelques temps, je le souhaite.
    En attendant petite P’Ang, je te fais un câlin et dis à ta maman que je l’embrasse.

  3. Véronique

    Super article P’Ang, j’ai beaucoup souri, merci ! C’est la meilleure façon de commencer la journée. Continue de faire marcher ta plume (sur le clavier ^^), on se régale à te lire.
    Belle journée à Brahmaland,
    Véronique

  4. Danielle Jolibois

    Coucou P’Ang
    Je suis Piotr, un vieux coq Wyandotte. Ravi d’avoir fait la connaissance d’une poulette aussi charmante, spirituelle et pétillante de malice. J’adore ta plume légère …
    Comme toi, j’aime me blottir dans les bras de ma maîtresse et vibrer de plaisir.
    À bientôt !

  5. Ginette & Co

    Coucou P’ang,
    Merci pour ton article Pablo est du même avis et apprend ici aux bipèdes les petits bonheurs du présent.
    Dit à Gaëlle de se ménager un peu, cette année la zenitude poulesque est de mise.
    Bec à toi
    Ginette ans Co

  6. David

    Content de savoir que les poules vivent selon le principe « Carpe Diem », principe qu’on oublie trop, nous les humains… 🙂 Merci P’Ang pour ce bel article, et pique le clavier de Maman Gaëlle plus souvent !

  7. Poussin Antoine

    Je me suis régalé de lire tout cet article de P’Ang j’ai ri aussi car il faut se mettre dans la peau des poulets pour en parler comme ça, félicitation pour cette super description du zen et du vit au présent c’est déjà bien.
    merci

  8. Françoise

    Merci, P’Ang, de nous donner de précieuses leçons de vie, humains et poulets confondus.

  9. Carine David

    J’espère vraiment que cet article va paraître dans l’événement, j’ai souris plusieurs fois, merci P’Ang pour ce bon moment et pour nous rappeler à nous les humains que le moment présent est primordiale !
    Les sourires niais sont vraiment peu gratifiants je te rejoins sur ce point.
    Mes grand-parents avaient un poulailler et je confirme que le câlin d’un poulet est vraiment à ne rater sous aucun prétexte !!!

  10. Ukulele Liberte

    Bonjour P’Ang,
    Je vois que chez les poules aussi, il y a des écrivains, félicitation à toi 🙂
    Je tiens aussi à te dire que ton pari est bel et bien gagné, j’ai lu ton texte avec le sourire…
    Dis à maman Gaëlle que son approche est très originale et bien sympathique.
    Merci à vous 2,
    Fred

Laisser un commentaire